Sarcome de Kaposi

Écrit par les experts Ooreka

Le sarcome de Kaposi est un cancer rare au même titre que :

À noter : ce sarcome tient son nom du docteur hongrois Moritz Kaposi, un dermatologue qui l'a pour la première fois décrit en 1872.

Sarcome de Kaposi : un cancer rare

Le sarcome de Kaposi est une forme de cancer particulièrement rare qui est provoqué par une infection par l'herpèsvirus humain 8 (HHV-8). Ce type de cancer se développe aux dépens des tissus vasculaires.

Toutefois, ce cancer rare est aujourd'hui principalement lié à l'infection par le VIH, ce qui explique qu'il touche essentiellement les hommes homosexuels et les bisexuels positifs au VIH.

De même, cela explique pourquoi, bien que relativement rare, le sarcome de Kaposi est un des cancers les plus fréquents en Afrique (jusqu'à 50 % des cancers dans certaines régions d'Afrique subsaharienne). Par ailleurs, la transmission mère-enfant et la transmission par voie salivaire du HHV-8 pourraient être en cause.

Aujourd'hui, le sarcome de Kaposi constitue donc l'un des premiers symptômes du sida et le virus qui y participe est donc sexuellement transmissible.

Symptômes cutanés du sarcome de Kaposi

Le sarcome de Kaposi entraîne essentiellement des symptômes cutanés.

Apparition des symptômes du sarcome de Kaposi

Cette petite tumeur indolore peut prendre des tailles et des formes variables et évoluer lentement ou rapidement. Si le sarcome de Kaposi est de forme classique, l'évolution est lente et elle s'aggrave progressivement.

  1. Dans un premier temps, on observe une petite lésion de la peau se présentant sous la forme d'une tâche.
  2. Dans un second temps, elle se transforme en bouton puis en nodule, soit isolément, soit avec d'autres.
  3. Enfin, elle prend la forme d'une plaque de couleur violette ou rouge-brune (parfois les différentes lésions se rassemblent pour former une seule grosse tumeur).

Zones du corps les plus touchées

Ce cancer peut faire son apparition dans n'importe quelle région du corps avec des symptômes variables, notamment au niveau des membres inférieurs, des organes génitaux ou du visage. Il est également fréquent d'observer des atteintes des muqueuses (dans 50 % des cas), les plus touchées étant :

  • les muqueuses ORL (amygdales, gencives, gorge, joues, langue, lèvres, nez et palais) ;
  • les yeux ;
  • celle de la région anale et génitale.

Autres symptômes associés au sarcome de Kaposi

On observe également un gonflement des ganglions lymphatiques, notamment ceux des jambes ou du cou (le sarcome va empêcher la circulation des liquides et entraîner leur accumulation dans les ganglions). Cela se traduit par des lourdeurs du membre, voire une douleur. Dans certains cas, les malades développent un cancer secondaire des ganglions : un lymphome non hodgkinien.

L'atteinte viscérale (tube ou organes digestifs), de la rate ou des poumons est plus rare mais, bien qu'elle donne peu de symptômes, est plus grave encore.

Le sarcome de Kaposi s'accompagne ensuite de signes de cancer peu spécifiques tels que :

  • des nausées ;
  • des vomissements ;
  • de la diarrhée ;
  • des difficultés à respirer ;
  • une toux ;
  • une fièvre persistante ;
  • une perte de poids.

Facteurs de risque du sarcome de Kaposi

Il existe certains facteurs de risque qui pourraient expliquer que certaines personnes ont plus de chances de développer un sarcome de Kaposi que d'autres. Il s'agit notamment :

  • des personnes qui possèdent un système immunitaire affaibli (à cause du sida, ou de certains traitements immunosuppresseurs tels que des traitements anti-rejet) ;
  • des sujets qui ont contracté le HHV-8.

Diagnostic du sarcome de Kaposi

Le diagnostic du sarcome de Kaposi peut être posé après une série d'examens :

  • une anamnèse qui permet de relever les antécédents médicaux, les conditions d'apparition des symptômes et les éventuels facteurs de risque ;
  • un examen physique consistant :
    • à observer les lésions (forme, couleur, densité) ;
    • à palper les ganglions lymphatiques ;
  • une biopsie de la peau ou des muqueuses pour examiner le tissu prélevé ;
  • une radiographie pulmonaire à la recherche d'un sarcome de Kaposi pulmonaire ;
  • une tomodensitométrie à la recherche de la tumeur dans diverses zones du corps ;
  • une endoscopie à la recherche de lésions digestives.

Traitement contre le sarcome de Kaposi

Les traitements utilisés pour lutter contre le sarcome de Kaposi varient en fonction de l'état de santé du patient.

Sarcome lié au VIH

Si le sarcome de Kaposi est lié au sida, le traitement de trithérapie employé aujourd'hui (traitement antirétroviral hautement actif ou HAART) pour traiter l'infection au VIH réduit considérablement le risque de développer le sarcome. S'il est déjà déclaré, ce même traitement permet également de le combattre.

Sarcome et patients greffés

Si le sarcome fait son apparition chez les personnes sous traitement immunosuppresseur (suite à une greffe de moelle osseuse), supprimer ou réduire le traitement permet d'améliorer les choses (avec le risque de rejet).

Sarcome « classique »

Dans les autres cas, le traitement diffère de celui appliqué en cas de sarcome des tissus mous et des viscères. Différentes options existent :

  • la radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses ou pour traiter les lésions cutanées (notamment si elles sont douloureuses ou inesthétiques) ;
  • la chimiothérapie pour éviter les métastases et le développement du sarcome mais aussi pour traiter les lésions cutanées localisées ou étendues ;
  • la chirurgie pour procéder à l'ablation de la tumeur et des tissus cancéreux ou la cryochirurgie pour détruire le tissu anormal en le brûlant par exposition au froid ;
  • des traitements médicamenteux destinés à combattre le cancer (interféron alpha notamment, celui-ci étant parfois injecté directement dans les lésions).

En cas de récidive, le traitement est à adapter en fonction de l'état de santé général de la personne et des traitements qui ont déjà été utilisés.

Récapitulatif des traitements possibles

Chaque méthode s'utilise ensuite selon les besoins.

Récapitulatif des traitements possibles
Type de sarcome Radiothérapie Chimiothérapie Chirurgie Médicaments
Sarcome de Kaposi lié au VIH oui oui (et cryochirurgie) oui oui
Sarcome de Kaposi chez les greffés oui oui (parfois) - -
Sarcome de Kaposi classique oui oui oui -

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !