Sommaire

Le cancer est une maladie spécifique pouvant avoir de nombreuses variantes. C'est pour cette raison qu'il existe des spécialistes de cette pathologie : les oncologues. En France, cette profession est considérée comme une discipline à part entière depuis 1988.

Oncologue : le spécialiste du cancer

Seul un oncologue (ou cancérologue) connaît suffisamment bien le cancer et les multiples formes qu'il peut adopter pour pouvoir :

  • poser un diagnostic précis ;
  • établir un bilan ;
  • mettre en place un traitement adapté ;
  • suivre les patients et les informer ;
  • prévenir les récidives.

Ce sont également les oncologues qui sont les plus à même d'appréhender le cancer et les tumeurs malignes dans leur complexité et de les voir de la façon la plus globale possible.

Comment en vient-on à consulter un oncologue ?

Le plus souvent, la découverte d'un cancer ou une suspicion de cancer intervient chez le médecin généraliste. Celui-ci se base sur un ou plusieurs symptômes et éventuellement sur des examens complémentaires anormaux.

C'est à ce moment-là qu'il peut orienter le patient vers un oncologue ou vers un centre de lutte contre le cancer qui regroupe plusieurs spécialistes.

Les oncologues procéderont alors à des examens plus précis afin, d'une part, de confirmer qu'il s'agit bien d'un cancer, d'autre part, de déterminer de quel type de cancer il s'agit ainsi que son stade.

Lire l'article Ooreka

Première consultation chez l'oncologue

Pour que l'oncologue puisse évaluer les risques concernant un patient et déterminer le traitement le plus adapté, il va se baser sur une série d'informations. Le patient devra notamment être capable de le renseigner sur :

  • ses antécédents familiaux, à savoir :
    • les personnes qui, dans sa famille, ont déjà été victimes d'un cancer ;
    • l'âge de ses personnes au moment où le cancer s'est déclaré ;
    • le type de cancer dont il s'agissait ;
  • ses antécédents médicaux personnels :
    • ses symptômes, parfois avec un courrier du médecin traitant ;
    • les éventuels facteurs de risque tels que le tabagisme, l'alcoolisme, le surpoids ou encore la sédentarité (manque d'exercice physique) ;
    • les bilans et examens complémentaires (bilans sanguins, analyses urinaires, radio, IRM, scanner, etc.) ;
    • le traitement en cours, le cas échéant.

Ce sera ensuite au patient (et éventuellement à ses proches) de poser les questions pour bien s'informer sur la suite des événements et les choses à faire ou à ne pas faire. Le patient ne doit pas hésiter à demander des précisions à son oncologue et, si nécessaire, à dire « Je n'ai pas compris ».

Aussi dans la rubrique :

Comprendre le cancer

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider