Immunothérapie

Écrit par les experts Ooreka

Parmi les traitements du cancer, on trouve :

Immunothérapie : stimuler le système immunitaire

L'immunothérapie est une méthode de traitement permettant de lutter contre toutes sortes de maladies et notamment le cancer, en administrant des médicaments qui vont activer et mobiliser les défenses immunitaires.

Principe de l'immunothérapie

Cette activation peut se faire à l'aide :

  • De traitements visant à stimuler directement la réponse immunitaire globale.
  • De substances capables de bloquer les récepteurs responsables du freinage du système immunitaire face aux tumeurs.
  • Des interleukines-2 ou des interférons (produits par génie génétique), le principe étant le même qu'avec un vaccin qui apprend au système immunitaire à reconnaître des cellules tumorales contre lesquels lutter, c'est-à-dire celles porteuses d'un antigène spécifique (à l'image du vaccin Provenge contre les cancers de la prostate qui résistent à l'hormonothérapie). Cet « apprentissage » est nécessaire car le système immunitaire ne reconnaît pas naturellement les tumeurs malignes qui sont peu immunogènes (elles ne sont pas repérées par l'organisme qui va les laisser proliférer).

Remarque : par extension, l'immunothérapie désigne également les méthodes de traitement qui se servent des protéines fabriquées par le système immunitaire.

Molécules employées en immunothérapie

Parmi les molécules employées, on trouve :

  • le rituximab qui est utilisé pour traiter les lymphomes qui résistent à la chimiothérapie ou en cas de récidives ;
  • le trastuzumab en cas de cancer du sein résistant en raison de la présence de récepteurs HER2 ;
  • l'ipilimumab (médicament Yervoy) et le pembrolizumab pour traiter les mélanomes ayant entraîné des métastases (car peu sensibles à la chimiothérapie) avec des résultats positifs de l'ordre de 20 % et avec 25 % de récidives en moins ;
  • le nivolumab (à base d'anticorps monoclonaux plus spécifiques que l'ipilimumab et qui ciblent des anticorps spécifiques avec donc moins d'effets secondaires), lui aussi contre les mélanomes mais également contre les cancers avancés du rein, du poumon et les carcinomes épidermoïdes de la tête et du cou ;
  • le pembroliumab contre les mélanomes métastatiques (avec 30 % de résultats positifs et 12 % d'effets secondaires sévères).

Types de cancers traités par l'immunothérapie

L'immunothérapie peut être utilisée sous forme de traitement d'attaque (traitement général) ou de façon préventive pour éviter les récidives (traitement local à l'aide d'injections).

Immunothérapie curative ou préventive ?

On l'utilise d'un point de vue préventif dans le cadre du cancer de la vessie (et de plus en plus de la plèvre et du col de l'utérus à un stade métastatique) pour réduire les risques de rechutes suite à une ablation par chirurgie. Le traitement est local puisqu'il s'agit de stimuler l'immunité uniquement au niveau vésical en y injectant du BCG.

D'un point de vue curatif, l'immunothérapie consiste à injecter des activateurs du système immunitaire (anticorps, cytokines, immunoglobulines, interleukine-2 ou interférons produits par génie génétique) dans l'ensemble de l'organisme. Le traitement est général puisque le corps entier va en bénéficier.

Tableau des champs d'application de l'immunothérapie curative

Tableau des champs d'application de l'immunothérapie curative
Type d'activateur Type de cancer
Interférons en injections sous-cutanées (les interférons alpha sont employés si la tumeur a une épaisseur supérieure à 1,5 mm et s'il y a un envahissement des ganglions lymphatiques)
  • les tumeurs du rein et de la peau à un stade de cancer avancé ;
  • les myélomes ;
  • certains mélanomes malins ;
  • les lymphomes ;
  • certaines formes de cancers de la moelle osseuse ;
  • certaines leucémies.
Interleukines-2 en perfusion continue ou en injections
  • les carcinomes rénaux ;
  • certains mélanomes (15 à 20 % de réponses positives au traitement).
Anticorps monoclonaux
  • les lymphomes ;
  • certains cancers du sein résistant en raison de la présence de récepteurs HER2.

Déroulement d'une immunothérapie

L'immunothérapie est généralement instaurée immédiatement après l'intervention chirurgicale. Elle peut se faire :

  • à faibles doses à raison de trois injections trois fois par semaine pendant 18 mois ;
  • plus rarement (en raison des importants effets secondaires), à fortes doses à raison de cinq jours de perfusion par semaine pendant un mois puis trois fois par semaine pendant onze mois.

Notez que cette seconde posologie est très rarement adoptée en France.

Bon à savoir : une étude menée par les chercheurs de l'Institut Gustave-Roussy et l'INSERM démontre que la prise d'antibiotiques (de 2 mois avant et jusqu'à 1 mois après le début du traitement), en déréglant le microbiote intestinal (dysbiose), affecte l'efficacité d'un traitement par immunothérapie chez des patients atteints d'un cancer. Or, un malade du cancer sur 4 est sous antibiothérapie. C'est ce qui explique en partie pourquoi certains patients ne répondent pas au traitement immunothérapeutique.

Effets secondaires de l'immunothérapie

L'immunothérapie est une méthode porteuse d'espoir. Néanmoins, de nombreux mécanismes restent inexpliqués :

  • On ne sait par exemple pas pourquoi tous les patients ne réagissent pas positivement à cette technique.
  • De plus, même si elle fonctionne, elle finit par générer des phénomènes de résistance difficiles à éviter.

Par ailleurs, les oncologues hésitent encore à associer les molécules entre elles ou à les enchaîner, à les associer ou non à une chimiothérapie, etc.

Au final, la durée de vie globale des patients n'est que faiblement augmentée alors que les effets indésirables sont très importants (et plus fréquents qu'avec les traitements standards) avec notamment :

  • des pneumonies ;
  • des syndromes grippaux fréquents ;
  • des nausées et des maux de ventre ;
  • des troubles cutanés (rashs : importantes et brèves éruptions cutanées) ;
  • une importante rétention d'eau (notamment avec l'interleukine-2 qui est pourtant plus efficace que les interférons) ;
  • des dépressions (notamment les interférons) ;
  • une importante fatigue et une perte d'appétit et donc de poids ;
  • des troubles musculo-squelettiques (arthralgies, lombalgies, etc.) ;
  • des troubles thyroïdiens et hépatiques (l'hypothyroïdie est l'effet indésirable sérieux le plus fréquent) ;
  • des troubles de la formule sanguine, etc.

Une étude qui a été menée à l'Institut Gustave-Roussy (présentée le 2 juin 2014) indique que chez les 951 patients ayant participé à l'étude du Yervoy (molécule ipilimumab), le traitement a été si mal toléré que plus de 50 % des malades l'ont interrompu en raison d'effets indésirables et que cinq patients sont décédés.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !