Douleur cancer

Écrit par les experts Ooreka

La douleur du cancer se présente sous différentes formes : physique ou psychologique, aiguë ou chronique. Analyser la douleur permet de déterminer sa source et de la soulager.

Les douleurs complexes du cancer

Il arrive que certains cancers soient douloureux dès le début alors que d'autres ne généreront aucune douleur, même à un stade avancé. Cela dépend du type de cancer et de son avancé mais aussi du patient lui-même.

Définition d'une douleur complexe

Les douleurs qui peuvent survenir en cas de cancer sont des douleurs complexes dans la mesure où :

  • elles ne sont pas systématiques pour un même type de cancer (nombre de cancers sont indolores pour certaines personnes et pas pour d'autres) ;
  • elles ne sont pas constantes lorsqu'elles existent ;
  • elles ont des origines diverses puisqu'elles peuvent aussi bien être dues :
    • à la tumeur (invasion des tissus mous ou des os ou obstruction d'un organe, par exemple) ;
    • à la réaction de l'organisme (en cas d'inflammation notamment) ;
    • à d'autres troubles découlant directement ou indirectement de la pathologie cancéreuse (zona par exemple) ;
    • aux traitements médicamenteux mis en place (certains ont de graves effets secondaires et peuvent aggraver les douleurs, que ce soit la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie).

Fluctuation de la douleur

Ces douleurs dépendent souvent du stade du cancer. Généralement, plus celui-ci est avancé, plus les douleurs sont fréquentes. Ainsi, si entre un quart et la moitié des patients ressentent déjà des douleurs lorsque le diagnostic est posé, ils sont 75 % à en ressentir par la suite, lorsque la maladie évolue.

De plus, la douleur est également psychologique et morale. Cette douleur, plus subtile mais essentielle, ne doit pas être négligée et il faut absolument en tenir compte dans le cadre de la prise en charge des patients. Le stress, l'anxiété et l'angoisse causés par le fait de se savoir porteur d'un cancer ont tendance à aggraver la sensation de douleur physique.

Cancer : des douleurs sourdes et persistantes

Les douleurs que ressentent les personnes qui souffrent d'un cancer peuvent être soit aiguës, soit chroniques. Il s'agit le plus souvent de douleurs sourdes et persistantes. Néanmoins, en fonction de la localisation de la tumeur, de son stade et de sa virulence, les patients pourront avoir des sensations :

  • de brûlures (douleurs inflammatoires) ;
  • de pression, de poids (douleurs mécaniques) ;
  • de picotements (douleurs neuropathiques, c'est-à-dire liées au système nerveux).

Prendre en compte la douleur

La douleur n'est pas synonyme de gravité mais il est important et intéressant d'en tenir compte. Il est important de bien la caractériser et de lui porter une attention particulière pour plusieurs raisons :

  • D'une part, la douleur peut fournir de précieuses informations sur l'évolution potentielle de la maladie. En effet, bien souvent, la douleur augmente en même temps que le cancer évolue (même si ce n'est pas systématique). Inversement, il arrive que les douleurs précèdent de plusieurs semaines d'autres symptômes ce qui permet de les anticiper.
  • D'autre part, elle aide à mieux déterminer le cancer. Par exemple, les brûlures évoquent des douleurs inflammatoires, tandis qu'on parle plus souvent de pression si ce sont les organes qui sont touchés.
  • Par ailleurs, c'est en cernant le mieux possible les douleurs que des médicaments adaptés pourront être proposés pour les soulager (on estime qu'environ 90 % des douleurs cancéreuses peuvent être diminuées). Cela est d'autant plus nécessaire que les cancers sont de natures très diverses.

Reste que malgré les progrès médicaux, certaines douleurs ne parviennent pas à être soulagées et, dans ce cas, les patients doivent être suffisamment solides pour apprendre à vivre avec un cancer.

Différentes solutions pour soulager la douleur

Il faut pouvoir aider aussi bien les personnes qui souffrent d'un cancer déjà évolué que celles qui ont une tumeur qui reste stable mais qui n'en est pas moins douloureuse pour autant. Pour cela, il existe plusieurs méthodes :

  • Les médicaments sont les premiers à être utilisés pour agir directement et rapidement sur les douleurs :
    • les antalgiques qui s'échelonnent du paracétamol en vente libre à la morphine ;
    • les antidépresseurs et les antiépileptiques pour soulager les douleurs neuropathiques ;
    • les co-antalgiques comme les corticoïdes, les antispasmodiques ou les myorelaxants pour compléter de façon spécifique l'action des antidouleurs.
  • À plus long terme, lorsque le cancer a été traité (notamment en cas d'ablation chirurgicale de la tumeur), la douleur doit normalement être soulagée durablement puisqu'on a retiré ce qui la provoquait.
  • Des traitements alternatifs (acupuncture, kinésiologie, yoga, etc.) peuvent aider à soulager un certain nombre de douleurs.

Généralement c'est la combinaison de ces différentes approches qui donne de bons résultats.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !