Cause du cancer

Écrit par les experts Ooreka

Les progrès en médecine permettent aujourd'hui de définir les facteurs qui favorisent le cancer, de déterminer son évolution et, dans la plupart des cas, de le traiter. On sait notamment qu'il existe des origines infectieuses, héréditaires, émotionnelles ou autres, qui peuvent fragiliser l'état de santé et donc favoriser le développement de cellules cancéreuses.

Remarque : toutefois, dans certains cas, il est encore difficile d'affirmer quelles sont les causes du cancer, celui-ci semblant parfois toucher les sujets arbitrairement.

Causes du cancer : les agents physiques

L'exposition à des éléments cancérigènes, tels que des aliments, des polluants ou des substances chimiques, est un facteur reconnu dans le développement des maladies.

Parmi les éléments susceptibles de favoriser l'apparition des cancers, il faut citer certains agents physiques, au premier rang desquels se trouvent les rayons ultraviolets solaires (UVA et UVB). Ceux-ci, rencontrés lors d'une exposition au soleil par exemple, seraient responsables de l'apparition de la grande majorité des mélanomes (cancers de la peau).

Par ailleurs, les radiations ionisantes émises par les déchets nucléaires ou les radiographies utilisées en imagerie médicale sont dangereuses à forte dose. Elles peuvent notamment entraîner des leucémies ou des cancers des os.

Causes du cancer : l'hygiène de vie

Des études prouvent que dans les pays en voie de développement, où un mode de vie industrialisé s'installe, le taux de cancers associés à des facteurs de risque alimentaires et hormonaux explose. Il y a donc fort à parier que notre mode de vie occidental participe grandement à l'apparition des cancers (tout comme on sait qu'il participe à l'apparition de nombreuses maladies chroniques).

Cela s'explique notamment par l'hygiène de vie, particulièrement la consommation d'alcool, tabac, etc., par le régime alimentaire (d'où l'émergence d'un réel marché des aliments anti-cancer). Ainsi, par exemple, on observe que le risque de cancer augmente avec l'obésité (en particulier le cancer du sein post-ménopausique, le cancer de l'utérus et celui de l'œsophage) et on note une aggravation du pronostic de certains cancers chez les personnes obèses (cancer du sein et de la prostate).

Cela s'explique aussi par l'exposition à des toxines environnementales présentes au quotidien (gaz d'échappement, amiante, bisphénol A, etc.) et par le manque d'exercice physique.

Causes du cancer : causes infectieuses

Généralités

On le sait peu, mais certains virus, bactéries ou parasites peuvent augmenter le risque de développer un cancer.

Bien que cela soit particulièrement vrai dans les pays en voie de développement, les pays industrialisés ne sont pas en reste avec environ 15 % des cancers qui seraient liés à des agents infectieux.

Bon à savoir : sur 14 millions de nouveaux cancers recensés en 2012, 2,2 millions (soit 15,4 %) sont dus à une infection (moins de 5 % en Australie, au Canada, aux États-Unis, en Europe de l'Ouest et du Nord et en Nouvelle-Zélande, mais plus de 40 % en Afrique subsaharienne ou en Mongolie, et plus de 50 % au Malawi et au Mozambique).

Exemple du VIH

Si l'on prend pour exemple le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), responsable du sida, on constate que celui-ci, en affaiblissant considérablement notre système immunitaire, permet aux cellules cancéreuses de se développer.

Ainsi, le VIH est en partie responsable de cancers du foie, des sarcomes de Kaposi, des lymphomes (les ganglions lymphatiques concernés interviennent directement au niveau immunitaire). On note par ailleurs que les fumeurs séropositifs présentent 24 % de risques en plus de développer un cancer du poumon. De plus, dans cette population, le taux de mortalité par cancer pulmonaire est dix fois plus élevé en moyenne.

Autres virus causant le cancer

Les virus régulièrement impliqués dans certains types de cancers sont ceux de l'hépatite B et de l'hépatite C. En effet, ils favorisent la survenue d'infections hépatiques elles-mêmes responsables de cancers du foie.

Citons également (par ordre croissant de fréquence)  :

  • les infections à Opisthorchis viverrini, Clonorchis sinensis et Schistosoma haematobium ;
  • l'Epstein Barr Virus (EBV) lié aux lymphomes et carcinomes naso-pharyngés ;
  • l'herpès Virus 8 (HHV-8) favorisant le sarcome de Kaposi ;
  • le cytomégalovirus (CMV) responsable de certains cancers colorectaux ;
  • le virus de l'hépatite B (HBV) et celui de l'hépatite C (570 000 cas sur 787 000, soit 73,4 %) ;
  • le papillomavirus (HPV de types 5, 16, 18, 31, 33, 39, 45, 51, 52, 56, 58 et 59), très répandu chez les jeunes femmes (il est responsable de 50 % des cancers attribuables à une infection pour les femmes dans le monde), qui est à l'origine de 100 % des cancers du col de l'utérus (560 000 cas), voire de certains cancers de l'oropharynx ;
  • l'Helicobacer pylori, impliqué dans la plupart des cancers de l'estomac (730 000 cas sur 820 000, soit 89 %).

À noter : les patients atteints d'un cancer de la gorge lié à une infection à l'HPV ont un meilleur pronostic vital que les autres, exceptés ceux ayant un important passé de fumeurs, qui ont un moins bon taux de survie.

Causes du cancer : causes émotionnelles

Les causes émotionnelles du cancer sont à envisager.

Certaines thérapies se basent presque uniquement sur celles-ci pour venir en aide aux patients. C'est le cas du décodage biologique des maladies.

Dans cette approche, on considère qu'un cancer est consécutif à un choc émotionnel inattendu, vécu de façon dramatique, vécu dans l'isolement, sans solution immédiate.

Le décodage biologique des maladies s'appuie sur l'idée que chaque organe est associé à un ressenti. En cas d'insatisfaction, de frustration, de crainte, etc., le corps manifeste le problème : il somatise.

En fonction du choc et du ressenti du patient, le cancer commencerait à se développer dans tel ou tel organe (par exemple un cancer du côlon en cas de « sale coup », de « crasse » qu'on ne parvient pas à digérer – à accepter – et à évacuer – ne plus y penser).

Par ailleurs, il est communément admis que le stress entraîne une baisse de l'immunité.

Bon à savoir : en 2016, 15 ans après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis, le programme de santé World Trade Center Health dénombrait 5 441 personnes atteintes de cancers probablement liés aux attentats. Ces personnes sont intervenues lors des attentats ou ont vécu, travaillé ou fréquenté l'école située à proximité du World Trade Center le jour de l'attaque ou les mois suivants. Ce chiffre ne tient compte que des patients ayant choisi d'adhérer à ce programme fédéral de santé (suivi médical et traitement).

Causes du cancer : causes pathologiques

Quelques maladies s'accompagnent d'un risque élevé de développer un cancer.

Exemple : la trisomie 21 augmente considérablement les risques de voir apparaître un rétinoblastome (cancer de l'œil).

En fonction de la pathologie, on observe soit l'apparition d'une tumeur maligne, soit des pathologies exemptes de tumeurs, mais qui ont de fortes chances de se transformer en cancer (polypes au côlon par exemple).

Causes du cancer : causes médicamenteuses

Les hormones de synthèse jouent un rôle important dans l'apparition de certains cancers : on a constaté que les déséquilibres hormonaux pouvaient être à l'origine de tumeurs neuro-endocrines diverses. En effet, certains cancers semblent se nourrir des hormones.

Cela a notamment été mis en évidence avec les cancers du vagin, qui se sont multipliés chez les filles nées de mères ayant pris du diéthylstilbrestrol (des œstrogènes) au cours du premier trimestre de leur grossesse.

De même, l'utilisation d'œstrogènes chez des femmes ménopausées augmente significativement le nombre de cancers du corps de l'utérus (proportionnellement à la dose et à la durée d'utilisation).

Remarque : toutefois, l'hormonothérapie lutte contre les effets néfastes des hormones sur le cancer, notamment en utilisant des œstroprogestatifs combinant œstrogènes et progestérone.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !