Sommaire

Le cancer du cœur est très rare. Souvent bénin lorsqu'il s'agit d'un cancer primaire, il devient malin dans le cas d'un cancer secondaire (métastatique). Parfois asymptomatique, il est difficilement décelable.

Le cancer du cœur : une maladie rarissime

Le cancer du cœur est un cancer rare puisque les cellules cardiaques ne peuvent pas se diviser, se multiplier, ni se différencier davantage, tout comme les neurones.

Ainsi, les cancers primitifs du cœur sont exceptionnels. On en trouve que chez 0,01 ‰ des cas et souvent à l'autopsie car ces tumeurs peuvent être totalement asymptomatiques. En revanche, les métastases cardiaques, elles, sont plus fréquentes que les cancers primitifs (ce qui reste malgré tout très peu).

Lorsque, exceptionnellement, un cancer du cœur se développe, il affecte le péricarde, c'est-à-dire l'enveloppe de l'organe, le sac fibreux dans lequel il repose. En effet, ce tissu n'est pas composé de cellules cardiaques mais de cellules normales qui sont sensibles aux dérèglements cancéreux.

Lire l'article Ooreka

Types de cancers du cœur

Les cancers cardiaques sont presque toujours bénins (dans au moins 75 % des cas).

Tumeurs bénignes du cœur

Les tumeurs bénignes se répartissent en :

  • myxomes (50 % d'entre elles) qui se développent surtout dans l'oreillette gauche (dans 90 % des cas) et principalement chez des femmes ;
  • lipomes (20 %) ;
  • fibro-élastomes papillaires (16 %), qui prennent place sur les valves cardiaques et qui sont souvent de petite taille et asymptomatiques ;
  • fibromes (sur la paroi qui sépare les ventricules), lipomes, neurofibromes, rhabdomyomes (la tumeur cardiaque la plus fréquente chez les nourrissons et les bébés), rhabdomyosarcomes, hémangiomes, etc. (14 %).

Tumeurs malignes du cœur

Les rares tumeurs malignes cardiaques restantes sont retrouvées dans 2 à 18 % des cas au cours d'une autopsie. Ce sont :

  • soit des sarcomes ;
  • soit plus rarement des lymphomes cardiaques.

Des métastases cardiaques pourraient se retrouver dans 10 % des cancers ayant formé des métastases, les plus susceptibles de donner des métastases au cœur étant :

  • les cancers de la peau (mélanome) ; les cancers ORL ;
  • les cancers du poumon ;
  • les cancers des bronches ;
  • les cancers du sein ;
  • les cancers de l'œsophage ;
  • les cancers de l'utérus ;
  • les cancers des ovaires ;
  • les cancers du rein.

Symptômes du cancer du cœur

En cas de cancer du cœur, la tumeur peut passer totalement inaperçue. En effet, elle peut très bien ne provoquer aucun symptôme, d'autant qu'en cas de tumeur cardiaque l'électrocardiogramme reste normal. Un épanchement péricardique est souvent retrouvé, mais il est lui aussi asymptomatique (on ne le découvre que lorsqu'il devient compressif).

Symptômes chez l'adulte

Néanmoins, les tumeurs du péricarde peuvent rapidement causer de sérieux problèmes, notamment lorsqu'elles deviennent volumineuses puisqu'elles sont susceptibles comprimer le cœur. On peut alors observer de nombreux symptômes classiquement retrouvés en cas de pathologies cardiovasculaires tels que :

  • des palpitations ou une tachycardie ;
  • une arythmie ;
  • une insuffisance cardiaque avec un essoufflement ;
  • des syncopes ;
  • des douleurs thoraciques et péricardiques, etc.

Le cancer du cœur chez les enfants

Chez les enfants, les symptômes sont généralement :

  • une cyanose ;
  • une détresse respiratoire ;
  • des troubles du rythme cardiaque.

Quoique moins spécifiques, d'autres symptômes du cancer du cœur peuvent alerter, par exemple :

  • une perte de poids ;
  • des douleurs thoraciques ;
  • une élévation anormale de la température.
Consulter la fiche pratique Ooreka

Un traitement essentiellement chirurgical

Le cancer du cœur étant souvent bénin, une petite intervention chirurgicale suffit généralement à le contenir. Le plus souvent la chirurgie s'accompagne d'une chimiothérapie. Mais si des tumeurs malignes et/ou des métastases sont retrouvées, le pronostic vital est engagé à court terme avec des chances de survie quasi nulles.

Par ailleurs, une embolie peut survenir si un morceau de la tumeur se détache et qu'il vient obstruer une artère (principalement en cas de fibro-élastomes papillaires de grande taille ou mobile, ce qui est encore une fois exceptionnel). Lorsque de tels signes de cancer sont observés, le pronostic est extrêmement sombre.

Dans tous les cas, le traitement portera essentiellement sur le cancer primitif.