Sommaire

Le marqueur ACE est une substance sécrétée naturellement par l'organisme mais dont la production augmente dans certains cancers appelés adénocarcinomes. Elle est utilisée dans leur diagnostic initial, l'établissement du pronostic et leur surveillance, particulièrement dans le cadre des cancers digestifs. Zoom sur les marqueurs ACE dans cet article.

Définition du marqueur tumoral

Un marqueur tumoral est une substance biologique mesurable utilisable dans le diagnostic, le pronostic ou la surveillance d'une maladie cancéreuse. On peut rechercher la présence de biomarqueurs dans le sang, les urines ou encore les tissus mais la plupart sont dosés par analyse sanguine.

L'intérêt du dosage des marqueurs tumoraux en routine clinique fait toutefois l'objet de controverses bien qu'ils soient couramment employés. En pratique médicale, leur prescription est coûteuse et parfois non pertinente et leur apport est dépendant des progrès réalisés dans les prises en charge.

Certains marqueurs tumoraux sont spécifiques d'un type de cancer mais d'autres sont associés à plusieurs types de tumeurs. Les principaux marqueurs tumoraux sanguins sont :

  • l'antigène carcino-embryonnaire (ACE) ;
  • le CA 19.9 (Carbohydrate Antigen 19.9) ;
  • le CA 125 (Carbohydrate antigen 125) ;
  • le CA 15.3 (Carbohydrate Antigen 15.3) ;
  • l'alpha foeto-protéine ;
  • le PSA (antigène prostatique spécifique) ;
  • l'HCG (gonadotrophine chorionique humaine).

Ils peuvent être utilisés en association, aux différents stades de la maladie. Aucun marqueur sérique actuel n'a montré d'efficacité dans le dépistage des tumeurs cancéreuses.

Marqueur ACE : qu'est-ce que c'est ?

Le marqueur ACE ou antigène carcino-embryonnaire, est une substance protéique produite par l'organisme, dont la sécrétion peut être augmentée dans certaines tumeurs malignes.

Il est sécrété principalement par les adénocarcinomes d'origine digestive (colique ou gastrique) et les carcinomes mammaires, et en moindre quantité par les cancers des ovaires, de l'utérus, les cancers médullaires de la thyroïde, les cancers du poumon, les lymphomes, mélanomes, et les tumeurs neuro-endocrines.

ACE et cellules normales

Décrit pour la première fois en 1965, c'est une glycoprotéine de la famille des immunoglobulines, qui joue un rôle dans l'adhésion et la reconnaissance cellulaire. C'est une protéine synthétisée essentiellement par le fœtus au niveau de l'intestin, du foie et du pancréas au cours des premiers mois de gestation. Elle est physiologiquement impliqué dans la différenciation cellulaire au cours de l'embryogenèse.

Chez l'adulte, le marqueur ACE est retrouvé essentiellement au niveau du tube digestif, à la surface des cellules de l'intestin grêle, du colon, du rectum, du pancréas, mais aussi à un moindre degré au niveau du poumon et du sein. Il serait impliqué dans la reconnaissance et la régulation de la flore bactérienne du colon.

ACE et cellules cancéreuses

On en trouve donc dans les tissus normaux mais ce sont surtout les tissus cancéreux qui le produisent en grande quantité. En effet, il aurait un rôle actif dans le développement des cellules cancéreuses et la dissémination métastatique du fait d'un dérèglement de l'expression du gène. Il perturbe également l'action du système immunitaire contre la tumeur en les protégeant de la destruction par les cellules immunitaires. Enfin, il pourrait intervenir dans la résistance aux chimiothérapies.

Marqueur ACE : pourquoi augmente-t-il ?

Le marqueur ACE augmente modérément dans d'autres situations que celle d'un cancer :

  • En cas de tabagisme : le taux est proportionnel à l'intensité du tabagisme, la valeur seuil étant alors rehaussée à 10 µg/L.
  • En présence d'insuffisance rénale chronique, maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (rectocolite hémorragique, maladie de Crohn) et du poumon, cirrhose hépatique, alcoolisme.
  • Il est naturellement plus élevé chez les hommes, les personnes âgées et dans les deux premiers trimestres de la grossesse.

Utilisations du marqueur ACE

Le marqueur ACE est utilisé dans plusieurs contextes, en particulier dans les cancers colorectaux. Il oriente vers le diagnostic de façon précoce mais ne permet pas un diagnostic de certitude :

  • Il sert au bilan initial pour la recherche de métastases et évaluer le stade du cancer. Dans le diagnostic initial, il est particulièrement augmenté dans les cancers du sein, les cancers gastriques et les cancers colorectaux. Le taux initial peut servir de valeur de référence individuelle dans le suivi de l'évolution du cancer.
  • Il est utile dans l'appréciation du pronostic après traitement, en apportant un indice sur la persistance de tissu tumoral, ou la présence de métastases infra-radiologiques.
  • Il participe à la surveillance après traitement dans le but de dépister une récidive de façon précoce non détectable par les examens traditionnels d'imagerie. Il est de plus en plus couplé à la réalisation du TEP-scan, tomographie par émission de positrons, qui en cas d'augmentation du marqueur peut détecter un hyper-métabolisme tumoral.

Le dosage du marqueur ACE peut être couplé à celui des autres marqueurs sériques produits habituellement par la tumeur. Les recommandations des autorités de santé ne sont pas en faveur d'un dosage de l'ACE de manière systématique que ce soit dans le dépistage, le diagnostic précoce, le bilan initial ou le suivi thérapeutique d'une récidive.

Aussi dans la rubrique :

Causes, symptômes et dépistage

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider