Sommaire

Le frottis sanguin est un examen qui permet d'analyser les cellules sanguines d'un patient. Cet examen sanguin est généralement mis en place pour établir, approfondir ou confirmer un diagnostic. Faisons le point sur cette technique d'analyse.

En quoi consiste un frottis sanguin ?

Un frottis sanguin est un examen qui consiste à prélever un échantillon de sang à des fins d'analyse. Cet examen sanguin permet d'analyser qualitativement et quantitativement les cellules sanguines d'un patient. En d'autres termes, cela signifie que cet examen permet d'évaluer l'aspect et le nombre de cellules sanguines. De plus, cet examen sanguin permet de distinguer le pourcentage de chaque type de cellule sanguine : globules rouges (hématies), globules blancs (leucocytes) et plaquettes (thrombocytes).

Dans quels cas un frottis sanguin est-il pratiqué ?

Les résultats d'un frottis sanguin sont généralement utilisés pour approfondir un diagnostic médical. À titre d'exemple, un frottis sanguin peut notamment être pratiqué :

  • Suite à un hémogramme anormal, qui est une analyse quantitative et qualitative des cellules sanguines.
  • Lorsqu'il y a une suspicion de carences, de maladies ou d'une manière générale de troubles pouvant perturber la production des cellules sanguines.
  • Dans le but de diagnostiquer des infections spécifiques comme le paludisme où le parasite est présent dans les globules rouges.

De plus, un frottis sanguin peut également être pratiqué pour suivre certains traitements médicaux lourds. Cela peut notamment être le cas lors d'une radiothérapie ou d'une chimiothérapie. Dans ces cas, le frottis sanguin permet de confirmer que le traitement se déroule comme prévu ou d'identifier des perturbations dans la production des cellules sanguines.

Comment se déroule un frottis sanguin ?

Première étape : prélèvement du sang

La première étape d'un frottis sanguin est le prélèvement d'un échantillon de sang. Ce dernier peut être obtenu à l'aide d'une aiguille au niveau d'une veine du bras, du bout du doigt, ou du talon chez le bébé.

Seconde étape : analyse des résultats

La seconde étape d'un frottis sanguin est l'analyse des résultats. Pour cela, une goutte de sang est étalée sur une lame de verre afin d'obtenir une seule couche de cellules. Pour distinguer les différents types de cellules, une technique de coloration est ensuite utilisée. Celle-ci est généralement la coloration de May-Grünwald Giemsa (MGG), parfois appelée coloration de Pappenheim. Une fois coloré, le frottis sanguin est alors analysé au microscope par un biologiste médical ou un technicien de laboratoire.

Troisième étape : interprétation des résultats

La dernière étape d'un frottis sanguin consiste en l'interprétation de résultats. La coloration du frottis sanguin permet de visualiser et distinguer les différentes cellules du sang. Dans la plupart des cas, la goutte de sang analysée contient majoritairement des globules rouges. Plusieurs millions de globules rouges et des centaines de milliers de globules blancs et plaquettes peuvent ainsi être évalués. Différents paramètres d'analyse sont alors pris en compte :

  • La taille, la forme et l'apparence des cellules.
  • La coloration des globules rouges, qui permet d'estimer leur teneur en hémoglobine.
  • Les différents types de globules blancs et leur pourcentage relatif.

Comment les résultats d'un frottis sanguin sont-ils interprétés ?

Interprétation des données sur les globules rouges

Les globules rouges sont considérés comme normaux et matures lorsqu'ils sont uniformes, ronds, aplatis, avec des faces creuses, et d'un diamètre de 7 µm. Lors d'un frottis sanguin, ces globules rouges apparaissent avec une couleur rosée et un centre plus clair. Si ces paramètres diffèrent, des anomalies peuvent alors être identifiées. On distingue deux types d'anomalies des globules rouges :

  • Des anomalies de taille, plus couramment nommées anisocytose, qui sont caractérisées par des globules rouges au diamètre plus petit que la moyenne (microcytes au diamètre inférieur à 7 µm) ou plus gros que la moyenne (macrocytes au diamètre supérieur à 7 µm).
  • Des anomalies de formes, aussi nommées poïkilocytose, qui sont caractérisées par des variations au niveau de la forme des globules rouges : en forme d'oursin (échinocytes), de forme ovale (elliptocytes ou ovalocytes), en forme de larve (dacrocytes), en forme de faucille (drépanocytes).

Interprétation des données sur les globules blancs

Une augmentation de certains globules blancs permet d'identifier le développement d'inflammations ou de maladies. Parmi les différents types de globules blancs, cela est notamment le cas :

  • Des polynucléaires neutrophiles, qui correspondent au type de globules blancs les plus présents chez l'adulte en bonne santé et dont la quantité augmente lors d'inflammations.
  • Des polynucléaires éosinophiles, qui sont peu nombreux mais dont la quantité augmente lors d'allergies ou d'infections par des parasites.
  • Des polynucléaires basophiles, qui correspondent au type de globules blancs les moins présents et dont l'augmentation rare apparaît généralement après une vaccination, lors de la varicelle, d'une colite ulcéreuse ou encore lors de certaines leucémies.
  • Des monocytes, qui sont les plus grands globules blancs.
  • Des cellules lymphoïdes, qui incluent notamment les lymphocytes, une sous-classe de globules blancs impliqués dans la défense de l'organisme.
Lire l'article Ooreka

Interprétation des données sur les plaquettes

Un frottis sanguin permet d'évaluer le nombre de plaquettes présentes dans le sang. En effet, une production trop faible ou trop importante de plaquettes peut engendrer de graves complications.Intervenant dans le processus de coagulation, les plaquettes doivent être en quantité suffisante pour stopper les saignements. Si une quantité insuffisante en plaquettes altère le phénomène de coagulation, une quantité trop importante de plaquettes peut engendrer la formation de caillots sanguins et diminuer la fluidité du sang.