Sommaire

La surrénalectomie est une opération chirurgicale qui correspond à l'ablation d'une ou des deux glandes surrénales. Elle est notamment pratiquée en cas de tumeurs au niveau de ces glandes. Faisons le point sur les raisons, le déroulement et les conséquences de cette opération médicale.

Dans quels cas la surrénalectomie est-elle pratiquée ?

Les glandes surrénales : qu'est-ce que c'est ?

La surrénalectomie est pratiquée lors du développement de tumeurs bénignes ou malignes (c'est-à-dire cancéreuses) au niveau d'une ou des deux glandes surrénales. Au nombre de deux et de forme triangulaire, ces dernières constituent de petits organes localisés au-dessus de chaque rein.

Les glandes surrénales sont dites endocrines, c'est-à-dire qu'elles ont la capacité à produire des hormones. Parmi les hormones surrénaliennes, on retrouve par exemple le cortisol, l'aldostérone, les hormones de stress comme l'adrénaline et la noradrénaline, ainsi que les hormones sexuelles comme les œstrogènes et les androgènes. Ces hormones sont impliquées dans de nombreux processus métaboliques comme la tension artérielle, l'utilisation de l'eau et du glucose par le corps, ou encore la réaction au stress.

Lire l'article Ooreka

Le dérèglement des glandes surrénales

C'est pourquoi un dérèglement des glandes surrénales peut s'avérer dangereux pour l'organisme et peut nécessiter une prise en charge médicale, notamment en cas de tumeurs au niveau des glandes surrénales. Si celles-ci peuvent être bénignes ou malignes, ces tumeurs peuvent également être fonctionnelles ou non. Une tumeur des glandes surrénales est dite fonctionnelle lorsqu'elle est accompagnée d'une production excessive d'hormones. On distingue d'ailleurs plusieurs types de tumeurs fonctionnelles comme :

  • une phéochromocytome : une tumeur accompagnée d'une production excessive d'adrénaline et de noradrénaline, engendrant une hypertension élevée, des maux de tête importants, une transpiration excessive, de l'inquiétude, des palpitations, ainsi qu'une fréquence cardiaque rapide ;
  • des tumeurs accompagnées d'une production excessive d'aldostérone, à l'origine du syndrome de Conn et pouvant notamment provoquer de l'hypertension et des niveaux faibles de potassium dans le sang ;
  • des tumeurs accompagnées d'une production excessive de cortisol, à l'origine du syndrome de Cushing, qui se traduit notamment par de l'obésité, un taux de sucre élevé dans le sang, ou encore de l'hypertension.
Lire l'article Ooreka

Quel est le déroulement d'une surrénalectomie ?

La surrénalectomie peut être pratiquée selon deux modes opératoires. Le choix de la technique utilisée dépend de la taille de la tumeur et du risque de cancer. On distingue ainsi :

  • la chirurgie par laparoscopie ou coelioscopie qui consiste à réaliser quelques incisions au niveau de l’abdomen afin d’y introduire une caméra et plusieurs instruments spécifiques pour effectuer l’ablation de la glande surrénale.
  • la chirurgie ouverte, utilisée en cas de tumeur volumineuse et de risque de cancer, qui consiste à pratiquer une large incision au niveau de la paroi abdominale afin de réaliser l’ablation.
Lire l'article Ooreka

Quelles sont les suites opératoires d'une surrénalectomie ?

Lors de la pratique d'une surrénalectomie, le temps d'hospitalisation est généralement inférieur à une semaine. Après l'opération, certaines douleurs postopératoires peuvent apparaître. Ces douleurs sont généralement plus intenses lors d'une chirurgie ouverte. Il faut compter quelques semaines de convalescence.

Un suivi spécifique est également mis en place en fonction de la cause de l'hospitalisation. Si l'ablation a concerné une seule glande surrénale, l'autre est capable d'assurer la production normale d'hormones. Dans le cas d'une ablation des deux glandes surrénales, un traitement hormonal de substitution est nécessaire.

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider