Sommaire

Un lymphœdème est un gonflement d’une partie du corps provoqué par le ralentissement ou le blocage de la circulation de la lymphe. Il trouve le plus souvent son origine dans le traitement des cancers, lors de l’ablation de certains ganglions, mais il peut aussi être primitif. Parfois très gênant, le lymphœdème est difficile à traiter, même si plusieurs techniques peuvent être utilisées dans sa prise en charge.

Qu’est-ce qu’un lymphœdème ?

Rappel de ce qu'est la lymphe

La lymphe est un liquide jaunâtre et transparent, proche du plasma sanguin (partie liquide du sang dépourvue des globules rouges, globules blancs et plaquettes).

Elle renferme différents composés, des anticorps et des globules blancs. Elle circule dans toutes les parties du corps grâce à un réseau de vaisseaux lymphatiques et elle est filtrée au niveau des ganglions lymphatiques.

Ralentissement ou blocage de la lymphe : c'est le lymphœdème !

Lorsque la circulation de la lymphe s’interrompt ou se réduit fortement dans une zone, elle s’accumule dans les tissus de cette région et provoque un gonflement caractéristique du lymphœdème.

Causes du lymphœdème

Les lymphœdèmes surviennent dans différentes circonstances et peuvent avoir plusieurs origines :

  • La fin de la puberté ou une grossesse. C'est le cas des lymphœdèmes primaires (ou hypoplasies lymphatiques congénitales) qui peuvent être génétiques (maladie de Milroy ou Meige-Nonne) ou sporadiques (cas isolés).
  • Un cancer ou un traitement de cancer ayant impliqué un ganglion lymphatique, comme :
  • Une inflammation ou une infection (généralement par un parasite) affectant les vaisseaux lymphatiques.
  • Une blessure au niveau des ganglions lymphatiques.
Lire l'article Ooreka

Conséquences du lymphœdème

La survenue d’un lymphœdème entraîne non seulement un gonflement de la zone concernée mais également d’autres signes, comme :

  • une sensation de tension ou de lourdeur de la zone touchée ; une douleur ou une sensation de brûlure ;
  • un aspect altéré de la peau à l’endroit du gonflement (peau brillante, plissée et épaissie) ;
  • une diminution de la mobilité du membre touché ;
  • une impression de porter des vêtements trop serrés ;
  • des petites cloques remplies de liquide clair ; des démangeaisons.
Lire l'article Ooreka

Diagnostic du lymphœdème

Le gonflement et l’aspect de la peau provoqués par le lymphœdème orientent rapidement le médecin vers le diagnostic. Il prescrit alors plusieurs examens pour en avoir confirmation et déterminer la cause du lymphœdème :

  • un interrogatoire sur les antécédents médicaux, notamment cancéreux ;
  • différentes mesures corporelles pour mettre en évidence le lymphœdème ;
  • une auscultation clinique poussée ;
  • des examens d’imagerie (IRM, scanner, échographies) et notamment une lymphoscintigraphie (LSG) au Te99 (technetium-99) qui est l’examen de référence, surtout en cas de diagnostic douteux.

Une fois le diagnostic posé et la cause recherchée, le médecin précise également le stade du lymphœdème, à partir de plusieurs critères.

Les différents stades du lymphœdème
Stades du lymphœdème Signes cutanés
Stade I

Empreinte du doigt restant sur la peau
Gonflement atténué par la surélévation du membre
Absence de cicatrisation visible

Stade II

Empreinte du doigt ne restant pas sur la peau
Gonflement non atténué par la surélévation du membre
Cicatrisation visible, modérée à importante

Stade III

Peau durcie et non réactive au toucher
Augmentation de la taille et du volume du membre
Changement de l'aspect de la peau

Traitement du lymphœdème

La prise en charge du lymphœdème est complexe et repose sur deux objectifs :

  • traiter la cause spécifique du lymphœdème par un traitement adapté ;
  • traiter le lymphœdème en lui-même pour atténuer ses conséquences sur la qualité de vie des patients.

Le traitement du lymphœdème peut impliquer plusieurs aspects en fonction de son origine, de son importance et du patient :

  • la compression par bandages de décongestion, puis par le port de manchons ou vêtements de compression en tissu élastique, qui peuvent être portés toute la journée ou seulement à certaines occasions (exercices physiques, voyages, etc.) ;
  • le drainage lymphatique manuel, effectué par un kinésithérapeute ;
  • la technique de pressothérapie pneumatique, qui utilise des dispositifs de compression reliés à des pompes ;
  • la thérapie au laser ;
  • les oligomères procyanidoliques (seul médicament indiqué dans le traitement du lymphœdème du bras ou « gros bras ») ;
  • la liposuccion, une intervention chirurgicale consistant à aspirer les dépôts de graisse dans certaines zones spécifiques du corps, et réservée à quelques cas très particuliers de lymphœdèmes ;
  • des interventions chirurgicales utilisant différentes techniques pour restaurer une circulation normale de la lymphe.

Quelques mesures hygiéno-diététiques et préventives sont également indispensables au quotidien :

  • le fait d'éviter le froid et le chaud ;
  • l’application d’un écran solaire en cas d’exposition ;
  • le port de vêtements longs et amples ;
  • des soins rapides pour toute blessure ; un traitement immédiat de n'importe quelle infection cutanée ;
  • des exercices physiques adaptés (gymnastique, natation, marche dans l’eau) ; un suivi diététique pour maintenir un poids normal et stable. 

Ces techniques et conseils ont tous pour objectif de réduire l’accumulation de la lymphe et donc le gonflement. Leur efficacité est variable selon les lymphœdèmes et selon les patients. Certains d'entre eux malheureusement conservent parfois des séquelles irréversibles après un lymphœdème.

Aussi dans la rubrique :

Comprendre le cancer

Sommaire