Sommaire

Le polype de l'utérus, tumeur bénigne de la muqueuse utérine, est une maladie qui touche entre 10 et 24 % des femmes. Généralement asymptomatique, il peut se cancériser ou provoquer des saignements.

Définition du polype de l'utérus

Le polype utérin ou polype endométrial est une excroissance de l'endomètre, muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus. Tumeur bénigne, sa taille, son nombre, sa forme et sa composition sont variables. Un polype peut emplir toute la cavité utérine, être unique ou multiple, être pédiculé (s'attachant à l'utérus par un pied) ou sessile (avec une large base d'implantation). 

Il peut rester contenu dans la cavité utérine, se situer dans le col utérin (polype de l'endocol), ou s'extérioriser par le col dans le vagin. Situé près de l'abouchement des trompes de Fallope, il peut gêner la fertilité.

Il ne faut pas confondre polype et fibrome utérin, qui se développe aux dépens des cellules musculaires de l'utérus.

Fibrome

Article

Lire l'article Ooreka

Causes et facteurs de risque du polype de l'utérus

Bien qu'un polype de l'utérus puisse se développer à tout moment, il survient le plus souvent entre 30 et 60 ans. De cause inconnue, les polypes utérins sont sensibles aux œstrogènes, hormone sexuelle jouant sur le fonctionnement de l'endomètre.

Ils sont plus à risque de se développer en cas de surpoids, d'hypertension artérielle ou de prise de tamoxifène, un médicament contre le cancer du sein.

Lire l'article Ooreka

Symptômes du polype de l'utérus

Les polypes de l'utérus sont le plus souvent asymptomatiques et peuvent être diagnostiqués, de manière fortuite, lors d'une échographie pelvienne ou d'une consultation chez le gynécologue.

Ils peuvent provoquer :

Lire l'article Ooreka

Diagnostic du polype de l'utérus

Le polype de l'utérus peut être découvert lors de l'examen clinique par un gynécologue si le polype est visible au niveau du col ou du vagin, ou s'il est suffisamment volumineux pour être palpé.

Une échographie pelvienne, de préférence en première partie de cycle (juste après les règles), permet de visualiser le ou les polypes et de déterminer l'existence d'un lien de cause à effet entre la présence du polype et les symptômes signalés. Le doppler permettra de différencier le polype du fibrome, dont la vascularisation est différente.

L'hystéroscopie est une intervention ambulatoire (sans nuit passée à l'hôpital) qui s'effectue grâce à une caméra (hystéroscope) introduite par le vagin dans l’utérus. Diagnostique, elle permet de préciser le polype utérin en le visualisant directement et peut être associée à une biopsie (prélèvement) de l'endomètre.

Complications et risques du polype de l'utérus

Un polype de l'utérus peut se cancériser dans 0,5 à 1 % des cas, en particulier lors de la ménopause. Seule l'analyse au laboratoire d'une biopsie ou du polype dans son entier après ablation permet le diagnostic de bénignité avec certitude.

Il faut faire attention aux possibles erreurs diagnostiques : un polype utérin peut ressembler à un fibrome ou à un cancer de l'endomètre. Mais à l'inverse, un cancer de l’endomètre peut parfois ressembler à un polype. L’association d’un polype à un cancer de l’endomètre est plus fréquente après la ménopause.

S'il provoque des saignements importants ou prolongés, un polype peut entraîner une anémie. Il peut aussi gêner la fertilité s'il est situé près de l'abouchement des trompes de Fallope dans l'utérus.

Enfin, un polype peut récidiver malgré son ablation.

Lire l'article Ooreka

Traitement du polype de l'utérus

Le traitement du polype de l'utérus consiste en son ablation. Elle peut se discuter si la patiente est asymptomatique et non ménopausée. Elle est faite le plus souvent lors d'une hystéroscopie opératoire, où l'on retire le polype grâce à un résecteur (un instrument coupant) introduit dans l'utérus par le vagin en même temps que l'hystéroscope, caméra qui permet de visualiser l'exérèse du polype.

Chez les femmes qui présentent un risque de cancer (femme ménopausée) ou de récidive (femmes âgées de plus de 45 ans), il peut être souhaitable de retirer toute la muqueuse utérine ou une hystérectomie totale, en conservant ou non les ovaires en fonction de l'âge de la femme.

Après l’intervention, l’ensemble des éléments enlevés est analysé au laboratoire pour s’assurer qu’il s’agit bien de polypes bénins.