Remboursement du frottis cervical

Sommaire

Le frottis cervical est le moyen le plus efficace de prévenir le cancer du col de l’utérus. Cet examen, qui a pour objectif de dépister et de traiter des cellules anormales au niveau du col de l’utérus avant qu’elles n’évoluent en cellules cancéreuses, doit être effectué tous les 3 ans chez les femmes de 25 à 65 ans. Mais comment est-il remboursé ?

Coût du frottis cervical

Que comprend le prix du frottis ?

Le frottis cervical ou frottis cervico-vaginal peut être effectué chez un médecin généraliste, un gynécologue, une sage-femme, dans un centre de santé, une PMI ou un centre de planning familial (avant 50 ans).

Le coût d'un frottis cervical comprend le tarif de la consultation, le coût de réalisation du frottis et celui de son interprétation par le laboratoire. 

Quelques chiffres :

  • consultation chez un médecin généraliste : 25 € ; chez une sage-femme : 23 € ; ou chez un gynécologue en accès direct : 30 € ;
  • réalisation d'un frottis cervical : 12,42 € ;
  • interprétation du frottis par le laboratoire : 15,40 €.

Examens complémentaires

En cas de test anormal, des examens complémentaires sont réalisés, notamment la recherche du papillomavirus ou test HPV : son coût est de 36,80 € et il est remboursé à 60 %. Depuis février 2004, le test HPV est remboursé dans le cas de frottis équivoque de signification indéterminée (ASCUS).

Toutefois, la Haute Autorité de santé vient d'actualiser ses recommandations sur le dépistage du cancer du col de l'utérus. Chez les femmes de plus de 30 ans, le test HPV (test moléculaire) est désormais indiqué en première intention. Dans cette population, « il s'avère plus efficace que l'examen cytologique », juge la HAS. Quant à l’intervalle entre deux dépistages, il passe désormais à 5 ans (étant donné la très bonne valeur prédictive de ce test).

Ainsi, le test HPV devrait faire l’objet d’une prise en charge intégrale par l'Assurance maladie, sans avance de frais, pour sa réalisation tous les 5 ans chez les femmes de 30 à 65 ans. Une évolution de la codification de l'acte de dépistage est préconisée.

Dépassements d'honoraires

Certains médecins pratiquent des dépassements d’honoraires qui sont à la charge de la patiente ou de sa mutuelle (plus ou moins selon les termes de celle-ci). Les médecins qui pratiquent ces dépassements sont alors dits « de secteur 2 » ou « à honoraires libres » : ils affichent généralement leurs tarifs dans la salle d'attente.

Lire l'article Ooreka

Remboursement du frottis cervical 

Le frottis de dépistage (consultation + acte de prélèvement) est pris en charge à hauteur de 70 % par l'Assurance maladie, soit un remboursement de :

  • 26,22 € chez un médecin généraliste ;
  • 24,82 € chez une sage-femme ;
  • 29,75 € chez le gynécologue (dans le cas d'un médecin conventionné secteur 1).

L'interprétation du frottis par le laboratoire est remboursé 10,78 € pour son interprétation. Le reste sera remboursé par la mutuelle (aussi appelée complémentaire santé) ou à la charge de la patiente. 

La transmission des frais de santé s'effectue automatiquement de l’Assurance maladie à la mutuelle. C'est celle-ci qui doit effectuer les démarches pour l'activer. En cas de non fonctionnement ou de changement de mutuelle, il faut la contacter pour lui demander de le mettre en œuvre.

Comment se faire rembourser un frottis cervical ?

Carte Vitale

Le remboursement de la consultation chez le médecin et de la réalisation du frottis s'effectue par le biais de la carte Vitale. Sinon, la patiente doit envoyer la feuille de soin complétée à l'Assurance maladie, qui fera, dans les deux cas, le lien avec la mutuelle. 

Feuille de soin

Le médecin (ou la patiente sur les directives du médecin), envoie le frottis à un laboratoire pour l’interpréter (des frais de timbre peuvent être facturés). Le laboratoire enverra la facture et la feuille de soin à l'adresse de la patiente qui devra régler le laboratoire et envoyer la feuille de soin à la Sécurité sociale.

Tiers-payant

De nombreux centres médicaux (centres mutualistes, hôpitaux publics, par exemple) acceptent le principe du tiers-payant, sans avance de frais de la patiente. 

Lire l'article Ooreka