Sommaire

On retrouve des cellules malpighiennes dans de nombreux tissus de l’organisme humain. Le prélèvement vaginal, encore appelé frottis cervico-vaginal, examen couramment réalisé chez la femme, permet la description des cellules malpighiennes vaginales. Faisons le point à ce sujet.

Cellules malpighiennes : généralités

Bon nombre de tissus de l’organisme sont composés de cellules malpighiennes.

Cellules malpighiennes et notion de cytologie

L'organisme peut être étudié à différents niveaux structurels, du plus élémentaire au plus complexe : la cellule, le tissu puis l'organe.

La cytologie et l’histologie sont respectivement l’étude des cellules et des tissus de l’organisme.

Un tissu est composé d'une multitude de cellules reliées les unes aux autres. Dans le corps humain, on identifie 4 grandes familles de tissus :

  • les épithéliums : tissus de surface ou de cavité d’un organe ;
  • les tissus conjonctifs : tissus de support d’épithéliums ;
  • les tissus musculaires ;
  • les tissus nerveux.

La cellule malpighienne fait partie d’un tissu malpighien qui est un épithélium dont voici les caractéristiques :

  • épithélium stratifié : possédant plusieurs couches de cellules ;
  • épithélium pavimenteux : les cellules les plus superficielles du tissu sont aplaties, plus larges que hautes ;
  • épithélium kératinisé ou non : présence ou absence d’une couche superficielle de cellules chargées de kératine.

Le tissu malpighien est un tissu en perpétuel renouvellement : de la base vers la périphérie, les nouvelles cellules naissent des couches basales et les plus anciennes, qui sont aussi les plus superficielles, meurent.

Épithéliums malpighiens

Le corps humain comporte 5 épithéliums malpighiens. Tous ces épithéliums ont un rôle de protection de l’organisme.

La peau est le seul épithélium malpighien kératinisé. Les épithéliums non kératinisés appartiennent aux organes suivants : œsophage, bouche, vagin, canal anal. L’épithélium vaginal est un épithélium particulièrement surveillé chez la femme.

Cellules malpighiennes et frottis cervico-vaginal

La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande la réalisation d’un frottis cervico-vaginal tous les trois ans entre 25 et 65 ans dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus.

Mais de nouvelles recommandations préconisent la réalisation d'un test HPV en première intention chez les femmes de plus de 30 ans car celui-ci est « nettement plus efficace [que l’examen cytologique par frottis] pour réduire l'incidence du cancer du col de l'utérus », estime l'HAS. Cet examen n'est à renouveler que tous les 5 ans.

Réalisation du frottis cervico-vaginal

Le frottis cervico-vaginal est un examen cytologique analysant les cellules du vagin et du col utérin.

Le frottis cervical permet le recueil des cellules du fond du vagin et du col de l’utérus : exocol (partie externe) et endocol (parte interne). La réalisation du frottis vaginal se passe comme suit :

  • mise en contact d’une spatule ou d’une petite brosse avec le vagin et le col ;
  • prélèvement, ensuite étalé sur une lame de verre ;
  • fixation, coloration et examen de la lame par le biologiste au laboratoire.

Il existe plusieurs indications à un frottis cervico-vaginal.

Frottis cervico-vaginal : vers quel dépistage ?

Le frottis cervico-vaginal est réalisé dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus mais aussi à la recherche d’une infection, ou dès les premiers mois de grossesse. On recherche :

  • une dystrophie cellulaire : cellules modifiées par une infection virale de type Human Papilloma Virus (HPV) et Herpès (HSV) ;
  • une dysplasie cellulaire en cas de tumeur ou cancer ;
  • la présence de cellules inflammatoires ;
  • la présence d’agents infectieux (mycoses, trichomonas…) ;
  • la flore bactérienne physiologique : flore de Doderlein.

Si le frottis met en évidence une infection, il faut consulter votre médecin traitant afin qu’il vous prescrive le traitement antibiotique adapté.

Le frottis cervico-vaginal est un examen fondamental dans le dépistage du cancer du col utérin. La découverte de cellules suspectes, dysplasiques, ou de cellules tumorales doit être confirmée par un prélèvement histologique : la biopsie qui vous sera prescrite par votre gynécologue.