Sommaire

Le syndrome de Conn est une pathologie affectant les glandes surrénales, organes situés au-dessus des reins. Ce syndrome est caractérisé par la survenue de différents troubles, dont notamment une hypertension artérielle. Faisons le point sur ce syndrome : description, symptômes, causes, diagnostic et traitements.

Qu'est-ce que le syndrome de Conn ?

Le syndrome de Conn est une maladie qui affecte les glandes surrénales. Localisés au-dessus de chaque rein, ces organes sécrètent naturellement différentes hormones, des substances indispensables au bon fonctionnement de l'organisme. Le syndrome de Conn se caractérise par une sécrétion trop importante d'une hormone : l'aldostérone. Produite au niveau de la couche externe des glandes surrénales, l'aldostérone joue un rôle essentiel au sein de l'organisme puisqu'elle permet de réguler la teneur en eau et en sels (à savoir le sodium et le potassium) dans le corps. Cette substance joue également un rôle dans la régulation de la tension artérielle. En raison de l'implication de l'aldostérone dans de nombreuses fonctions de l'organisme, une hypersécrétion de cette hormone peut entraîner différents troubles dont une hypertension artérielle.

Lire l'article Ooreka

Quels sont les symptômes du syndrome de Conn ?

La surexpression d'aldostérone dans le corps engendre une hypertension artérielle permanente mais modérée. Ce phénomène entraîne également un manque en potassium et un taux élevé en sodium, pouvant se manifester par différents symptômes comme :

  • Une faiblesse musculaire ;
  • Des crampes musculaires ;
  • Des sensations de picotements de la peau ;
  • Des tétanies ;
  • Des maux de tête ;
  • Une constipation ;
  • Des envies fréquentes d'uriner ;
  • Une soif accrue.

Quelles sont les causes du syndrome de Conn ?

Les causes du syndrome de Conn sont variées mais peuvent être notamment liées à la survenue d'une pathologie. En effet, certaines pathologies affectant les glandes surrénales peuvent entraîner une production trop importante d'aldostérone et être à l'origine du syndrome de Conn. Cela est notamment le cas :

  • Lors d'une hyperplasie des glandes surrénales, qui se manifeste par une augmentation en volume de ces dernières ;
  • Lors d'un adénome des glandes surrénales, nommé également adénome de Conn, qui correspond à une tumeur bénigne des glandes surrénales, c'est-à-dire une tumeur non cancéreuse ;
  • Dans certains cas très rares, lors d'une tumeur maligne des glandes surrénales, c'est-à-dire un cancer des glandes surrénales.

Une surproduction d'aldostérone peut également survenir dans d'autres cas comme lors d'une perte de sodium par la transpiration, par vomissements ou par les reins. Pour compenser cette perte, une hypersécrétion d'aldostérone peut alors être constatée.

Comment diagnostiquer un syndrome de Conn ?

Afin de confirmer le diagnostic du syndrome du Conn, certains examens complémentaires peuvent être mis en place, tels que :

  • Un ionogramme sanguin, qui permet notamment de mesurer les taux en sodium et en potassium ;
  • Des analyses sanguines, qui permettent de déterminer le taux d'aldostérone dans le sang ;
  • Des analyses urinaires, qui permettent d'évaluer le taux d'aldostérone et de potassium dans les urines ;
  • Des examens d'imagerie, comme l'urographie intraveineuse ou la scintigraphie afin d'évaluer la présence d'une tumeur.

Quels sont les traitements du syndrome de Conn ?

Le traitement du syndrome de Conn dépend de la cause diagnostiquée. Il peut se faire par voie médicamenteuse ou par chirurgie. En cas d'hyperplasie des glandes surrénales, un régime pauvre en sel, des anti-hypertenseurs ainsi que des diurétiques peuvent être prescrits. Si une tumeur est diagnostiquée, il peut être nécessaire de la retirer par chirurgie.

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider