Sommaire

Le coloscanner est un examen d’imagerie radiologique qui permet de visualiser la lumière colique et donc d’explorer certaines pathologies ou symptômes.

Le coloscanner peut être réalisé à l’eau ou au gaz. Ces deux produits permettent de dilater la lumière colique et donc de mieux visualiser les parois et l’intérieur du colon.

Le coloscanner à l’eau s’associe d’une injection de produit de contraste le plus souvent iodé.

Le point dans notre article.

Coloscanner : une alternative à la coloscopie

Examen sans douleur

Contrairement à la coloscopie, l’intérêt du coloscanner est de ne pas nécessiter d’anesthésie et d’être un geste peu ou pas douloureux. Le coloscanner est aussi appelé « coloscopie virtuelle ».

Cependant, il est important de noter que la qualité des images obtenues au coloscanner est moins bonne qu’une coloscopie, et qu’il n’est pas possible de réaliser des biopsies lors d’un coloscanner. Une tumeur suspectée au coloscanner devra donc être confirmée par des biopsies dans tous les cas.

Quelles sont les indications du coloscanner?

Le coloscanner est le plus souvent indiqué à la recherche de polypes ou d’un cancer du côlon et lorsque la coloscopie est contre indiquée ou refusée par le patient.

C’est un geste diagnostic facile d’accès. Cependant dans le cas du coloscanner avec injection de produit de contraste, ils restent contre indiqué aux patients ne pouvant recevoir cette injection, par exemple en cas d’insuffisance rénale.

Le coloscanner est contre-indiqué en cas de syndrome occlusif pouvant compliquer l’examen d’une perforation colique.

Déroulement d’un coloscanner

La technique de coloscanner diffère selon qu’il sera réalisé à l’eau ou au gaz. Ce choix revient au médecin en charge de l’examen en accord avec le patient.

Dans les deux cas, une information préalable à l’examen sera donnée et détaillera les différentes mesures préalables au coloscanner.

Dans les deux cas seront réalisées :

  • Une préparation colique, c’est-à-dire un lavement du colon afin de mieux visualiser la lumière colique. Un régime sans résidu peut également être conseillé.
  • Une insufflation ou insertion de l’eau ou du gaz par voie rectale à l’aide d’une canule

L’examen est réalisé allongé, sur le dos. Parfois, une acquisition de l’image peut être réalisée sur le ventre.

L’examen se déroule dans un service de radiologie et à l’aide du même matériel radiologique qu’un scanner traditionnel. Il peut être plus long qu’un scanner du fait de la nécessité de préparation et du matériel d’insufflation à installer.

Des douleurs peuvent apparaître lors de la distension colique. Des médicaments antispasmodiques ou antalgiques peuvent être proposés. En cas de douleur ou de gêne pendant l’examen, n’hésitez pas à informer le technicien ou le médecin réalisant l’examen.

Le coloscanner est lu de la même façon qu’un scanner par le radiologue, mais nécessite certains logiciels spécifiques et un apprentissage dans certains cas. Le plus souvent, le coloscanner est lu par deux radiologues (double lecture) afin de garantir une bonne interprétation de l’examen. Un support informatique pour les images peut être proposé.