Sommaire

 

Le ganglion sentinelle est le premier ganglion de l’aisselle. Lors d’un cancer du sein, on considère que ce ganglion est le reflet de l’envahissement tumoral des ganglions de l’aisselle : s’il ne contient pas de cellules tumorales, on en déduit qu’il n’y a pas d’extension tumorale aux ganglions. L’analyse de ce ganglion lors d’un cancer du sein permet de décider d'une prise en charge thérapeutique adaptée.

Le point sur le ganglion sentinelle.

Ganglion sentinelle : définition

Le ganglion sentinelle est le premier ganglion lymphatique de l’aisselle, autrement dit le plus proche d'un éventuel cancer du sein.

  • Le ganglion agit comme un filtre qui draine le liquide lymphatique passant par le sein.
  • Si des cellules tumorales présentes dans le sein deviennent circulantes et risquent de s’étendre à d’autres localisations, notamment ganglionnaires, le ganglion sentinelle sera le premier atteint.

Analyse du ganglion sentinelle

L’analyse du ganglion sentinelle est le plus souvent dite « extemporanée », c'est-à-dire durant une intervention chirurgicale  :

  • En cas de cancer du sein, le chirurgien repère et enlève le ganglion sentinelle, qu’il envoie immédiatement au laboratoire d’anatomopathologie.
  • Ce dernier analyse directement le ganglion et conclut sur la présence de cellules tumorales avant que le chirurgien ne termine l’opération du sein.
  • Cela permet d’éviter la répétition des gestes chirurgicaux, et des anesthésies.

Analyse du ganglion sentinelle : conséquences sur le traitement d'un cancer du sein

C'est l'analyse du ganglion sentinelle qui détermine la prise en charge d'un cancer du sein.

  • En l’absence de cellules cancéreuses dans le ganglion sentinelle, le chirurgien peut limiter l’acte à l’ablation de la tumeur du sein.
  • En cas de présence de cellules cancéreuses dans le ganglion sentinelle, le chirurgien réalisera un curage ganglionnaire. Il s’agit d’un acte chirurgical invasif qui consiste à enlever l’ensemble des ganglions de l’aisselle du côté où s’est développé le cancer.

Le curage ganglionnaire axillaire (de l’aisselle) a des effets secondaires parfois gênants. C’est pourquoi la technique du ganglion sentinelle est utilisée. Les effets indésirables les plus fréquents du curage axillaire sont :

  • le gonflement chronique du bras, appelé « lymphœdème », apparaissant dans 10 à 20 % des cas ;
  • une raideur de l’épaule ;
  • une infection de la zone opérée ;
  • des troubles de la sensibilité ou de la mobilité du bras.

Ganglion sentinelle : quand procède-t-on à son analyse ?

La technique du ganglion sentinelle est pratiquée en cas de :

  • tumeurs infiltrantes de petite taille (moins de 20 mm) ne présentant pas d’adénopathies (gros ganglion cliniquement palpable ou vu à la radiologie) ;
  • certains cancers canalaires in situ étendus ou palpables ;
  • suspicion de micro-invasion ganglionnaire.

Biopsie du ganglion sentinelle : déroulement

La biopsie du ganglion sentinelle s'effectue en plusieurs étapes :

  • Lors de l’opération du sein, le chirurgien injecte un produit de contraste au voisinage de la tumeur. Le plus souvent, il s’agit d’un colorant. Cependant, parfois, le chirurgien utilise un produit radioactif sans danger, quelques heures avant l’opération.
  • Le produit est alors visualisé le long de son cheminement dans les vaisseaux lymphatiques, jusqu’au premier ganglion.
  • Dès que le ou les premiers ganglions ont été repérés, le chirurgien effectue une petite incision au-dessus d’eux et les enlève.
  • Les ganglions sont alors analysés au microscope par l’anatomopathologiste, qui rend son diagnostic au chirurgien.