Sommaire

La moelle osseuse est un tissu qui se trouve dans la partie creuse des os. Elle renferme des cellules souches hématopoïétiques (cellules précurseurs de l'ensemble des cellules sanguines). Les cellules souches hématopoïétiques se divisent et se spécialisent en cellules sanguines : les globules rouges, les globules blancs, les plaquettes.

Le myélogramme, encore appelé frottis médullaire ou étude cytologique de la moelle osseuse, correspond à l'analyse quantitative et qualitative des cellules contenues dans une ponction de moelle osseuse (ponction médullaire). Le prélèvement de moelle osseuse en vue d'un myélogramme est un examen de routine en hématologie. Petit tour d'horizon.

Indications données par le myélogramme

Le myélogramme fait souvent partie d'un ensemble d'examens prescrits par le médecin dans un contexte particulier. Il est toujours couplé à une analyse de la composition du sang.

Le myélogramme permet d'obtenir la composition quantitative et qualitative de la moelle osseuse. Il fournit au médecin des informations cruciales pour détecter :

  • une anomalie dans les proportions relatives des précurseurs des cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes) ;
  • la présence de cellules anormales, sanguines ou non ;
  • un dysfonctionnement de la moelle osseuse.

Le myélogramme peut être prescrit par le médecin dans différentes circonstances :

  • une anomalie de la composition du sang décelée lors d'une numération formule sanguine ou NFS (anomalie de la répartition des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes) ;
  • une fièvre persistante, sans cause identifiée ;
  • des adénopathies (gonflement des ganglions) localisées ou généralisées ;
  • des anomalies osseuses sur une radiographie.

Le myélogramme est un examen incontournable dans le diagnostic et le suivi de nombreuses maladies bénignes ou malignes :

Préparation du myélogramme

Le myélogramme est prescrit par le médecin traitant ou le médecin spécialiste, l'hématologue. Ce geste médical, son déroulement et son utilité sont clairement expliqués au patient au moment de la prescription, car ce geste peut être impressionnant.

Le myélogramme ne présente aucune contre-indication absolue. Cependant, quelques précautions sont nécessaires dans certains contextes et doivent être impérativement abordées lors de la prescription de l'examen :

  • Une ponction médullaire ne peut pas être effectuée dans un territoire ayant précédemment reçu une irradiation.
  • Toutes les allergies du patient doivent être indiquées au médecin.
  • La prise d'un traitement anticoagulant ou anti-agrégant plaquettaire doit être stipulée.
  • L'existence d'une thrombopénie majeure (taux de plaquettes inférieur à la normale) doit être signalée.
  • Les affections cutanées importantes doivent être mentionnées.

Aucune préparation n'est nécessaire avant l'examen.  Pour faciliter le déroulement de l'examen, divers moyens de prémédication sont possibles et peuvent être utilisés individuellement ou en combinaison :

  • un anxiolytique (alprazolam) 30 minutes avant l'examen ;
  • un patch anesthésiant au niveau du site de la ponction, appliqué entre une heure et une heure et demie avant la ponction ;
  • une anesthésie locale (xylocaïne sans adrénaline) quelques minutes avant la ponction ;
  • l'inhalation d'un mélange oxygène/protoxyde d'azote.

Comment se déroule un myélogramme ?

Le myélogramme est réalisé au sein d'un service spécialisé en milieu hospitalier. Pour effectuer la ponction de moelle osseuse, plusieurs sites de prélèvements sont possibles en fonction du patient :

  • Chez le bébé, le prélèvement est effectué au niveau du tibia ou au niveau d'une apophyse épineuse vertébrale (partie d'une vertèbre).
  • Chez l'enfant, le prélèvement est réalisé au niveau des crêtes iliaques (os du bassin).
  • Chez l'adulte, le prélèvement est le plus souvent effectué au niveau de la partie supérieure du sternum, cette localisation étant la plus impressionnante pour le patient. Si besoin, le prélèvement peut être réalisé au niveau des crêtes iliaques.

Selon la localisation, le patient est allongé sur le ventre, sur le dos ou sur le côté. Le prélèvement est réalisé à l'aide d'un trocart (sorte de petite canule métallique) ou d'une aiguille fine, et la moelle osseuse est aspirée et transférée dans une seringue. Le prélèvement en lui-même ne dure que quelques minutes, la piqûre et l'aspiration pouvant générer des douleurs.

Un pansement compressif est mis en place juste après le prélèvement. Le patient pourra enlever ce pansement quelques heures après. Le patient reste au repos sous surveillance médicale durant une quinzaine de minutes, avant de pouvoir reprendre une vie normale sans surveillance particulière.

La réalisation d'un myélogramme est habituellement sans risques ni complications.Cependant, des complications plus ou moins graves peuvent survenir exceptionnellement :

  • un saignement à l'endroit de la ponction ;
  • une douleur résiduelle, traitée par du paracétamol ;
  • une rupture du trocart ou de l'aiguille au moment du prélèvement ;
  • une infection ;
  • des dégâts osseux en cas de fragilité osseuse ;
  • un hémopéricarde (infiltration de sang dans le péricarde (enveloppe externe du cœur) ;
  • un pneumopéricarde (présence d'air dans le péricarde) ;
  • un pneumothorax (décollement de la plèvre).

Myélogramme : analyse des résultats

Analyses de la ponction de moelle osseuse

Le prélèvement de moelle osseuse est transmis au laboratoire pour analyses. Pour réaliser le myélogramme, le prélèvement subit plusieurs analyses :

  • Un examen microscopique : l'aspect général du prélèvement et la recherche de cellules rares :
    • pathologiques (métastases) ;
    • normales (fibroblastes, cellules du tissu de soutien de l'organisme, cellules graisseuses, cellules osseuses (ostéoblastes et ostéoclastes) ;
    • la recherche de cellules contaminant le prélèvement (cellules de la peau, cellules glandulaires, cellules pharyngées) ;
    • la morphologie générale des différents types de cellules ;
  • Un comptage des différents types de cellules.

La première caractéristique de la moelle osseuse est sa richesse en cellules, définie par 5 grades :

  • 0 pour une moelle désertique, presque sans cellules ;
  • 1 pour une moelle pauvre ;
  • 2 pour une moelle normale ;
  • 3 pour une moelle normale un peu trop riche ;
  • 4 pour une moelle hyperplasique avec des cellules tassées les unes contre les autres.

Interprétation du myélogramme

Le myélogramme fournit une analyse quantitative et qualitative de la composition de la moelle osseuse, qui est comparée à celle de la composition du sang.

La feuille de résultat du myélogramme comporte toujours un certain nombre d'informations essentielles pour le médecin :

  • le lieu de la ponction ;
  • la richesse de la moelle osseuse (grade) ;
  • la quantité totale de mégacaryocytes (cellules précurseurs des plaquettes) ;
  • le pourcentage de chaque type de cellules et le pourcentage des différentes cellules au sein de chaque type cellulaire ;
  • la présence éventuelle d'anomalies morphologiques ;
  • la présence éventuelle de cellules anormales ;
  • la conclusion du biologiste.
Myélogramme : lignée neutrophile
Âge

Myéloblastes

Promyélocytes

Myélocytes

Métamyélocytes

Polynucléaires

Nouveau né

0,5 - 1

1 - 2

5 - 10

15 - 20

30 - 50

Enfant (< 2 ans)

0,5 - 1

1 - 2

3 - 6

5 - 15

15 - 20

Adulte

2 - 3

4 - 8

5 - 15

15 - 20

20 - 30

Myélogramme : hémoblastes, lignées éosinophile et basophile
Âge

Cellules indifférenciées (hémoblastes)

Lignée éosinophile

Lignée basophile

Nouveau-né

1-2

1-4

0,5-1

Enfant (< 2 ans)

2-4

1-4

0,5-1

Adulte

1-2

1-4

0,5-1

Myélogramme : lignée érythroblastique

Âge

Pro-érythroblastes

Érythroblastes basophiles

Érythroblastes polychromatophiles

Érythroblastes acidophiles

Lymphocytes

Plasmocytes

Monocytes

Nouveau-né

0,5 - 2

1 - 4

5 - 10

6 - 10

10 - 18

0

0,5 - 2

Enfant (< 2 ans)

0,5 - 2

1 - 3

5 - 8

6 - 10

30 - 50

0 - 0,5

0,5 - 2

Adulte

1 - 2

4 - 8

6 - 10

4 - 10

5 – 15

1 - 3

2 - 3

Pour être considéré comme normal, un myélogramme doit présenter les critères suivants :

  • une richesse de la moelle osseuse de grade 2 ou 3 ;
  • une quantité totale de mégacaryocytes supérieure à 50 ;
  • un équilibre entre les trois lignées cellulaires :
    • lignée granuleuse : 50 à 70 % ;
    • lignée érythroblastique : 20 à 30 % ;
    • lignée non granuleuse : 10 à 20 %.